Intempéries dans le sud pas d’accalmie pour le tourisme

Les dégâts subis par les intempéries dans le sud du Royaume ont porté atteinte au tourisme dans ces régions, les circuits sont annulés, les réservations également ainsi que le secteur touristique est touché en plein fouet et l’arrêt de toutes activités.
Les professionnels ne cachent pas leur inquiétude alors que la conjoncture commençait à donner des signaux de reprise. A l’état actuel dans les régions du sud, les routes sont coupées et impossible de circuler. Les touristes que nous avons rencontrés sont conscients de cette catastrophe naturelle que peut subir n’importe quel pays. Les régions de Guelmim, Ouarzazate, Agadir (sud-ouest) et Marrakech (sud) ont été frappées par des intempéries: d'après la météorologie nationale, il est ainsi tombé en 24 heures près de 200 millimètres à Agadir, soit plus de la moitié des précipitations annuelles. Aucune victime n'est à déplorer, mais les autorités ont annoncé que la route nationale reliant cette station balnéaire à la plaine de Marrakech, qui serpente à travers les premiers contreforts de l'Atlas, avait été fermée. L'autoroute, elle, est toujours ouverte et le tronçon est temporairement gratuit pour les usagers, a indiqué la Société nationale des autoroutes.
Autour de Marrakech, plusieurs ponts ont de nouveau été détruits par les oueds en crue, a constaté un photographe de l'AFP. Dans la région de Guelmim (sud-ouest, 200 km au sud d'Agadir), aux portes du Sahara, des routes étaient également coupées, selon l'agence MAP. Ce secteur a été le plus touché avec une trentaine de morts, la plupart emportés par les crues. Cette fois, les intempéries ont donc aussi touché une large partie du littoral atlantique, sur 1 000 km, les vagues atteignant par endroits six à sept mètres.
Critiquées dans la presse, les autorités --nationales comme locales-- ont affirmé avoir pris un éventail de mesures d'urgence pour éviter de nouveaux drames, tout en appelant les citoyens à la plus grande prudence. « Le comité de vigilance" de la province du Haouz, au sud de Marrakech, avait de son côté affirmé être "en alerte maximale", indiquant avoir tenu "une série de réunion pour étudier l'ensemble des risques d'inondations (...) et les moyens d'intervention". Il avait déta0illé le dispositif (hommes, véhicules d'intervention, camions, ambulances...) prêt à être déployé. Dans le même temps, le ministère de l'Intérieur avait annoncé que plus d'une centaine de personnes "en situation de danger" avaient encore été secourues, y compris par des "moyens aériens". Les crues et inondations ne sont pas rares dans le sud marocain, mais elles ont cette année un caractère exceptionnel : les cumuls de précipitation ont atteint jusqu'à 400 mm dans certains massifs de l'Atlas en 2 jours.

source :  http://www.portailsudmaroc.com/articles.php?ida=3635#pg

Patrick Simon est le Président de la commission durabilité CNT - FNIH, opérateur économique en tourisme au Sud Maroc depuis 1976 , et 1er Vice-président du CRT (Conseil Régional du Tourisme ) de Guelmim es Smara. 
-  Président responsable de la Commission tourisme durable.
- Responsable Campement VIP Akka Nait Sidi - Tissint - Anti Atlas
- Gérant  en partenariat familial de la  Maison d'hôtes Dar Infiane à Tata, classée
par Fondation Mohamed VI Eco Label : Clef Verte,
et la Maison d’hôte Chez Lahcen au  Douar Akka Nait Sidi.
Opérateur Avions Taxis Maintaero Sarl.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »