Actualités

Durabilité Touristique –Pandémie – Prospectives Et La Vision De L’autruche !

Qu’est ce donc à dire !

Quelle vision, quelle reprise, quelles perspectives, quel devenir pour le tourisme Marocain en ces temps tourmentés ?

 Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce ne sont pas les déclarations en intentions, en communications qui manquent et en cela justement sommes nous sûrs d’être au fait des réelles problématiques qui plombent actuellement notre industrie ?

A nouveau, pour mettre les pieds dans le plat et rester sur le fait d’appeler un chat un chat, j’en resterai sur l’état des lieux que nuls ne peuvent contester !

*-   l’aviation internationale est en déroute, les mobilités du futur sont à ré-envisager,

*- les NTIC et nouvelles formes de communications remettent en cause les déplacements du Tourisme d’affaire, le MICE, et plombent les destinations qui avaient parié sur cette niche,

*-  l’insécurité du contrat touriste, test(s)-billet-quatorzaine-garantie de retour, remettent en cause les volontés certaines de bon nombre de véritables voyageurs avides de leurs passions,

*-   les restrictions dues aux plans d’urgence, confinements partiels et couvre feu, remettent en cause l’ouverture au tourisme interne,

*-  les fêtes nationales multi confessionnelles ne s’avèrent  dans leurs réalités que dans les risques de formations de clusters,

*- les raz le bol inter générationnels portent à l’incivisme et rejet de toutes communications reconnues ou non ETC., ETC.,

*-  les états et blocs feront tout pour retenir leurs sujets afin de préserver leurs fuites en devises en ces périodes financières perturbées,  d’élections contestées !

…, cela pour définir que, malgré toutes les volontés et/ou besoins pressants pour la plupart des acteurs du tourisme de vouloir forcer la main aux politiques de redémarrer  coûte que coûte, au nom de la mise en place de circuits touristiques sécurisés, il n’est pas envisageable de concevoir un redémarrage dans ces conditions d’insécurité sanitaires nationales, régionales, internationales, l’ensemble des pays étant ainsi tous concernés !

Qu’est ce donc à dire !

   Eh bien de mon avis que seules les solutions techniques financières sont à même de venir au secours des acteurs économiques et de leurs employés pour le formel comme pour ceux rattachés par l’informel, car il est maintenant question de fracture sociale insurmontable pour le plus grand nombre.  La survie est ainsi devenue le seul lien qui relie ces ensembles !

Qu’est ce donc à dire !

      Que la paupérisation inter sectorielle en est à ses limites et risque de compromettre les équilibres sociétaux et de sécurité  basiques !

L’ouvrier et l’employé se doivent d’avoir les moyens de se nourrir !

L’entreprise se doit de protéger ses actifs et répondre à ses obligations sociales comme fiscales !

Les gouvernants se doivent de prendre acte des risques encourus à faire l’autruche !

Qu’est ce à donc dire !

        C’est que faute d’un vaccin supportable et accessible à tous, (le monde étant cantonné à une dérégulation des systèmes et rapports d’échanges pour au moins une à deux années), il n’y a pas d’autres solutions pour les gouvernants que de soutenir les secteurs pouvant survivre dans ses imbroglios, et en cela :

*-le tourisme en général sous sa forme actuelle n’est pas porteur, puisque en perte de vitesse d’activités face aux autres secteurs industriels et de productions qui eux, peuvent s’adapter et même créer pour ces quelques années à venir, pour peu qu’un remodelage de la mondialisation se sensibilise et admette ces besoins de transformations,

*-le tourisme en cela sera tenté de sectoriser l’urbain dans du All Inclusif se garantissant être porteur des protocoles de sécurité agréés, cela même en pleine contradiction avec les tendances du tourisme mondial qui, en réactions  à la COVID 19 se tournent au contraire vers le nature/culture, grands espaces, l’OMT 2020 ayant même fat valoir le Tourisme rural :

.., d’ou une nouvelle formulation de discorde possible entre professionnels et voyageurs du monde !

Qu’est ce donc à dire !

            Eh bien sans aucun doute que le tourisme marocain en particulier pour résister doit être supporté financièrement par :

1/*-  prolongation pour toute l’année 2021 des soutiens CNSS de 2000 dhs  pour les employés,

2/*-  des exonérations de services (assurances – ONEE – loyers), fiscales transversales (taxes et impôts locaux – IS – IR ) assurant une continuité sans avoir à endetter par des prêts,

3/*-  Un complément en SUBVENTION correspondant au ratio :

           DE TROIS MOIS DU CHIFFRE D’AFFAIRE déclaré en 2019, pour couvrir les engagements sociétaux des opérateurs économiques pour résister à un arrêt d’exploitation (03/2020-09/2021)

(Base Calcul sur une année et demi : Soit 37.5% sur 1.5 CA/annuel, y déduit l’engagement de l’opérateur sur Damane Oxygène et Relance TPE/PME, (soit DEUX MOIS du CA/ANNUEL déjà pris en compte))

CETTE DÉFINITION ÉTABLIE SUR BASE CONCRÈTE D’UNE EXPLOITATION COMPARATIVE ENTRE 2019/2020 DÉFINISSANT :

*- Nuitées à  Fin Juillet 2020       :  Baisse 56.50%            *- CA  à Fin juillet 2020 – CA : Baisse 54.00%      

*- Nuitées Fin juillet 2020/2019           :  Baisse 72.00%            *- CA 2020/2019                    : Baisse 72.00%

*- Nuitées à  Fin Sept 2020             :  Baisse 55.50%            *- CA  à Fin juillet 2020 – CA : Baisse 53.50%      

*- Nuitées Fin Sept 2020/2019             :  Baisse 71.00%            *- CA 2020/2019                    : Baisse 71.00%

*- Nuitées à  Fin Oct 2020               :  Baisse 66.50%            *- CA  à Fin juillet 2020 – CA : Baisse 64.00%      

*- Nuitées Fin Oct 2020/2019          :  Baisse 69.00%            *- CA 2020/2019                   : Baisse 69.00%

Qu’est ce donc à dire !

Cela étant la seule solution pour considérer quelques millions d’emplois,  pour envisager une réelle reprise,

…,  il me semble que rien ne puisse être envisagé sans définir entre les politiques, élus et  professionnels, ces engagements sur une volonté de considérer par « la RSE entreprise » ces actions éco sociétales se rapportant dans le cadre d’un aménagement en développement territorial les services de santé , de formations et adaptations aux répartitions de l’échelle sociétale, considérant en cela, les échanges indispensables pour la mise en œuvre d’un nouveau paradigme national et régional du tourisme marocain incluant après des formations en partage de:

*- nouvelles structurations d’une confédération,  fédérations professionnelles, financements

*- nouvelles stratégies et gouvernances du secteur national, régional et local du tourisme !

*- nouvelles définitions d’un tourisme intérieur tournées vers l’immobilier, l’animation et partage culturel touristique,  adaptés aux régions, à la société et famille marocaine avec appels par des concours architecturaux adaptés à la création touristique par des outils touristiques à l’image, d’attraction, et d’attractivité réellement partageables !

…, démontrant ainsi une réactivité pour redonner confiance aux politiques, élus régionaux, locaux et banquiers définissant selon l’adage que « LORSQUE LE BATIMENT VA TOUT VA »

…, en sollicitant ainsi, également, la participation des professionnels par l’investissement en politique régionale adaptée et défiscalisée sous réserve d’intégrer l’informel par fiscalisation adaptée pour relancer l’économie locale et l’industrie touristique qui de cette manière pourrait

…, par l’emploi, l’écosociétal, l’artisanat  et une croissance portée à l’échelon international  sur une réelle volonté (et non Green Washing) d’un renouveau du Tourisme Maroc dans cette reconquête des marchés internationaux à la reprise, pour le marché interne.

Cela étant possible si enfin l’on cesse d’arrêter de réduire les activités touristiques au seuil de 7% du PIB, sachant que le Ministère de Tutelle du Tourisme par ses définitions propres se détermine à 23.5% (Vingt trois et demi pour cent) du PIB répartis avec :

7%  pour le tourisme, 6% pour l’aérien, 3.50% pour l’éco sociétal et 7% pour l’artisanat,

…, aussi m’apparaît il donc important d’insister pour qu’en cette période perturbante à ce que l’Industrie touristique, qui se doit d’être définie par ses vraies composantes, soit effectivement reconsidérée globalement dans son organigramme afin :

*- de sauvegarder ses acquis avec ses outils professionnels qui se meurent ainsi,

*- de se retrouver en compétition dans ces deux à trois années qui seront impitoyables pour ceux (Pays comme acteurs) qui n’auront pas su se remettre en question !

*-que les professionnels ont à s’engager !

*-qu’il y a là urgence sur le plan intérieur !

*-qu’il y a là urgence pour l’image, l’attraction et l’attractivité populaire, sociétale, touristique marocaine qui auront à faire la différence lorsqu’il faudra être prêts à véritablement redémarrer!

Patrick SIMON

DURABILITÉ TOURISTIQUE – MAROC – 5 NOVEMBRE 2020

Territoire Soutenable du Géoparc Jbel Bani

Have your say

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.