Actualités

L’expérience du désert Marocain

Après avoir découvert la capitale du safran, je vous propose de continuer mon périple dans le sud du Maroc avec, notamment, un bivouac dans le désert.
Sommaire
1 Les greniers
1.1 La vocation des greniers
1.2 Les greniers d’ Ifri
1.3 Le village d’Ifri
2 Tissint et ses palmeraies
3 La ville de Tissint aux portes du désert
3.1 Les attraits touristiques de la ville
3.1.1 Les cascades salées d’Attiq-Profond
3.1.2 Chasse aux météorites
3.1.3 A la recherche de la maison de Charles de Foucauld
4 Le bivouac dans le désert marocain

Les greniers

Comme je vous l’avais dit dans mon premier billet, j’ai beaucoup discuté avec Mahfoud, le responsable de l’auberge du Safran, et il m’a notamment raconté l’histoire des greniers que je ne connaissais pas du tout.
Un grenier appelé un agadir est, au Maghreb, un grenier collectif fortifié ou « grenier-citadelle ». Ce terme Berbère a donné son nom à la ville d’Agadir.
La décision de la construction d’un agadir était prise par une assemblée de représentants d’un village ou d’une tribu. Chaque famille ayant participé à la construction disposait d’une pièce fermée.
Au Moyen Âge, ses fonctions ont changé. Au Maroc, l’agadir (le grenier) devient une institution dotée d’une charte et assure des rôles politiques, sociaux, défensifs en plus de sa fonction économique de stockage des biens et des céréales.
La vocation des greniers
Leur vocation première étant le stockage, chaque personne possédant un grenier y entreposait ses biens, des denrées alimentaires, mais également des documents ou des bijoux.
Les greniers étaient jalousement gardés nuit et jour. Ils sont en quelque sorte les ancêtres de nos coffre-forts.
Mémoire architecturale et historique propre aux populations berbères, certains greniers sont tombés en désuétude, d’autres sont réhabilités et reconstruits.
D’autres existent toujours et c’est le cas des greniers d’Ifri.

Les greniers d’ Ifri
C’est dans le village d’Ifri que j’ai pu les visiter. Je dois dire que j’ai été très impressionnée par ces petites forteresses à l’architecture défensive installées à mêmes les rochers.
Les greniers sont bâtis à même la roche avec des matériaux locaux , pierre sèche ou briques.

A Ifri, la tradition des greniers perdure et le village en possède 150.
Comme le veut la tradition les greniers d’Ifri sont gardés par des femmes. Lors de notre visite, elles nous ont gentiment permis d’en ouvrir un et de le visiter. Nous avons pu nous rendre compte de l’importance des ces bâtiments pour les habitants de la région

Le village d’Ifri

Le village est escarpé au milieu de la montagne, mais là aussi comme partout où nous sommes passés, l’accueil fut chaleureux. Il est très rare que les gardiennes des greniers ouvrent leurs portes et je les en remercie d’autant plus

Tissint et ses palmeraies
Après cette matinée riche et intense, direction la ville de Tissint et un déjeuner à la maison d’hôtes “Chez Lahcen”.

La maison d’hôtes est perchée au dessus d’une palmeraie et d’un oasis planté de palmiers dattiers.

Le spectacle offert depuis la terrasse est à couper le souffle avec sa vue panoramique.
La ville de Tissint aux portes du désert

La ville de Tissint se trouve à 70 kilomètres au nord-est de Tata, en plein coeur du géo-parc de Jbel Bani-Tata. L’histoire, les richesses archéologiques et floristiques, abreuvées par des eaux souterraines et des cascades d’eau salée font de ce site une des destinations incontournables du sud du royaume.
Tissint est avant tout un oasis, une palmeraie à la porte du sahara. Palmiers dattiers et eau abondante font de lui un site clé depuis des siècles pour les nomades de la région.
Les attraits touristiques de la ville
Les cascades salées d’Attiq-Profond

Outre la beauté des paysages, le village est célèbre pour ses cascades salées. C’est un endroit extraordinaire formant un réservoir d’eau ou on peut prendre un bain de fraîcheur, en pleine nature.
Il est aussi connu pour ses gravures rupestres et sa richesse archéologique.
Chasse aux météorites
Si vous vous intéressez à l’astronomie, vous pourrez partir à la recherche de fragments de météorites. En effet, en juillet 2011 une météorite martiennes s’est écrasée près du village. Il n’est pas rare de voir des personnes armées d’aimants essayant de détecter des météorites dans la région.

A la recherche de la maison de Charles de Foucauld

Après la visite des cascades, nous avons pénétré dans l’ancien village pour découvrir la maison de Charles de Foucault qui s’était réfugié dans cette région.

Le 14 novembre 1884, Charles de Foucauld ,s’installe à Tissint qu’il décrit comme “le paradis sur terre” dans son ouvrage «Reconnaissance au Maroc», paru en 1888.
Il a longtemps vécu dans ce village et séjourna dans une maison dans le centre ville. Celle-ci n’est plus habitée depuis des années mais reste une attraction touristique.
Le bivouac dans le désert marocain
Une expérience insolite et extraordinaire.


Le point d’orgue du voyage fut cette nuit passée dans le campement. Un endroit “au milieu de nulle part” aux couleurs uniques, entre l’ocre, le jaune et le pourpre. J’ai eu la chance d’admirer toutes ces couleurs au coucher et au lever du soleil.

Akka N’ait Sidi : un bivouac qui nous a offert une expérience insolite pour découvrir le territoire historique des bédouins et camper dans les dunes de sable sous les étoiles !
Camper en plein sahara, admirer le coucher du soleil dans le désert et dîner sous les étoiles fut une expérience inoubliable.

Même si je ne suis pas très adepte du camping, je dois avouer que j’ai énormément apprécié cette expérience insolite.
De plus, les tentes sont très confortables dotées d’un lit et d’un coin toilettes.

Le dîner fut chaleureux et j’ai pu déguster un délicieux couscous éclairé par des bougies et des lanternes.
Le lendemain fut féérique. Se réveiller en plein désert et prendre un petit déjeuner sous un arbre est une expérience que je vous recommande si vous passez dans cette région.

J’ai découvert l’histoire des bivouacs Marocains, les tentes bédouines et la vie des nomades du sahara.

Un soirée sans connection internet, sans téléphone, simplement en osmose avec les étoiles et la magie des lieux,
Le Bivouac est conçu selon le dicton nomade.
Eloigner les tentes pour rapprocher les coeurs

Si vous souhaitez saliver sur la gastronomie marocaine je vous invite à lire l’article de Tentations gourmandes : Périple gastronomique au Maroc.

Have your say

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.